• Les pertes de l’Ain sous un manteau hivernal

    En voyant quelques percées de soleil en ce dimanche 25 janvier au matin, j’ai décidé d’emmener un ami, de passage pour le week-end, découvrir les pertes de l’Ain à côté de Champagnole.


    # Randonnée aux Pertes de l’Ain

    Une fois les chaussures et bâtons de randonnées chargés dans la voiture, nous partons vers Bourg de Sirod (altitude : 580 mètres).  Sur le premier plateau un léger manteau blanc recouvre la campagne. De belles éclaircies apparaissent et augurent de bonnes conditions hivernales pour randonner.

    Une fois garés, nous prenons nos bâtons car je crains que quelques endroits soient glacés suite à une nuit fraîche : mieux vaut être prévoyant et prudent. Mais nous sommes surpris par une impression de douceur avec ce soleil voilé qui nous réchauffe. En se dirigeant vers les forges de Bourg-de-Sirod, la neige crisse sous nos pieds et on sent un sol gelé malgré le soleil : il n’est que 10h. Nous faisons attention en descendant les escaliers puis nous découvrons le panorama sur les chutes et pertes de l’Ain.

    Les pertes de l'Ain

    Les pertes de l'Ain

    Entrée des pertes de l’Ain depuis le pont

    L’eau est abondante et la vue magnifique : mon ami qui ne connait pas la région est agréablement surpris de ce paysage montagnard tourmenté. On aperçoit plusieurs chutes d’eau au milieu d’un amas de rochers immenses tombés au milieu du cours de la rivière. C’est pour moi, la première fois que je viens ici sous la neige et j’apprécie également cette vision enneigée.

    Nous poursuivons par la montée qui n’est pas du tout verglacée, assez facile mais humide en forêt et parfois boueuse : les chaussures de randonnées sont bien utiles. A mi-pente, une passerelle permet de voir sous nos pieds les chutes ainsi que des gros rochers en suspension au-dessus de la rivière.

    Les pertes de l'Ain

    Les pertes de l’Ain, depuis une passerelle

    Plus haut, il me semble apercevoir un ou deux chamois. En y regardant de plus près, c’est tout un groupe broute de l’herbe sous la neige juste en aplomb de notre chemin. Je n’en avait encore jamais vu autant en randonnant dans la région.

    Ils ne sont pas farouches et on peut les voir d’assez près sans les apeurer : nous gardons nos distances car ils sont dans un endroit escarpé où je ne me risquerais pas ! Sous la neige, leur pelage noir/marron permet de les remarquer de loin : il semble il y a voir quelques jeunes nés le printemps dernier. Ils nous regardent également avec un air amusé et curieux mais pas peureux tant qu’on reste à distance.

    Les pertes de l'Ain

    Les pertes de l’Ain : si si si, sur la photo, nous apercevons un petit troupeau de chamois ;)

     Nous les laissons brouter et continuons notre randonnée au-dessus des Roches Graviers pour atteindre une chapelle castrale : on a une très belle vue sur le village de Sirod, la haute vallée de l’Ain et la colline de Varmont qui domine le village.

     Les pertes de l'Ain

    Nous nous retournons pour redescendre en passant par un chemin juste en aplomb du village de Bourg de Sirod : avec le soleil, la vue est très belle mais éblouissante sans lunettes ! Nous passons sous une porte médiévale forte bien restaurée qui était un point de passage sur la route de Nozeroy et Pontarlier : une taxe était prélevée par le seigneur local. Aujourd’hui, cette porte nous indique la redescente et l’arrivée proche au parking.

    Les pertes de l'Ain

    Vue sur Bourg de Sirod

     

    # Se rendre au Bourg de Sirod


    Agrandir le plan


    0 commentaires sur “Les pertes de l’Ain sous un manteau hivernal


    Ajouter un commentaire


    6 − deux =