• La câle à diairi : ça décoiffe dans le Pays de Montbéliard

    Et oui, comme en Bretagne, le Pays de Montbéliard a aussi sa coiffe typique : la câle à diairi.


    # La câle à diairi, c’est quoi ?

    Pour la petite explication de texte, le diairi, c’est le chignon. La câle à diairi, c’est  donc le bonnet qui couvre le chignon.

    # La câle à diairi dans le Pays de Montbéliard

    Pour le côté historique, cette coiffe est le symbole du protestantisme et des relations qui liaient le Pays de Montbéliard et le Wurtemberg.  Vous ne croiserez plus de diaichottes, les dames portant la câle, aujourd’hui à Montbéliard, elle a été abandonnée au début du XXème siècle, remplacée par le chapeau. Mais il existe toujours dans l’ancienne principauté wurtembergeoise des câlières qui perpétuent la tradition.

    C’est le cas de Nadine et Danielle qui participent  depuis plus de 20 ans à l’atelier diairi mis en place par l’Office de Tourisme du Pays de Montbéliard. Chaque semaine, toutes deux  entrent  dans la peau d’une câlière, c’est-à-dire une brodeuse de câle à diairi et perpétuent cette tradition autrefois répandue dans tous les villages du Pays de Montbéliard.

    Câle à diari au Pays de Montbéliard

    Résultat final après des heures de travail de patience, de finesse et de dextérité ;)

    Câle à diairi au Pays de Montbéliard

    Câle à diairi réalisé par Nadine

    Comme le dit Nadine, pour être une bonne câlière, il faut : du bon matériel et beaucoup, beaucoup de patience. Et oui, car pour réaliser une coiffe, il ne faut pas moins de 400 heures de travail ! Danielle choisit les tissus traditionnels, velours ou satin, noir, bleu, brun ou rouge, très foncés.

    Câle à diari au Pays de Montbéliard

    Pour la décoration de la coiffe, place à la création : la câle est brodée de perles d’un diamètre inférieur à 1millimètre. 250 perles sont nécessaires pour broder 1 feuille. Si on fait le calcul, il faut près de 10 000 perles pour décorer un diairi en entier ! Les motifs sont ourlés de cannetille, des fils d’or ou d’argent, de glaces miroitantes et de chenillettes, petits filaments de soie qui ont l’apparence du velours. Pour Danielle, pas question de sortir sans son nécessaire de câlière !

    Nadine et Danielle sont de véritables artistes qui partagent l’amour de la tradition et du bel ouvrage.

    Nadine et Danielle sont de véritables artistes qui partagent l’amour de la tradition et du bel ouvrage.

    Matériel de fabrication de la câle à diari

    Câle à diari au Pays de Montbéliard


    # Atelier de confection de câle à diairi dans le Pays de Montbéliard

    En juin 1991, l’Office de Tourisme du Pays de Montbéliard remet la câle à diairi au goût du jour en créant une activité « diairi ». C’est un succès immédiat : près d’une centaine de dames s’inscrivent aussitôt pour perpétuer cette tradition. Aujourd’hui, elles sont encore près d’une cinquantaine divisées en 3 ateliers (un le mardi, un le jeudi après-midi et un le jeudi soir) à participer à la promotion de ce patrimoine local tout-à-fait particulier.

    03 81 94 45 60 - accueil@paysdemontbeliard-tourisme.com
    -> Consultez le site Internet de l’office de Tourisme du Pays de Montbéliard

    Câle à diari au Pays de Montbéliard


    3 commentaires sur “La câle à diairi : ça décoiffe dans le Pays de Montbéliard


    • C’est tout simplement magnifique! Mais dites-moi, est-ce qu’il y a aussi es hommes dans ces ateliers ou uniquement des femmes?


      • PICCOLI Caroline

      • 9 mars 2015 à 5 h 22 min
      • Répondre

      Bonjour Alice,
      Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. Et bien non, il n’y a pas d’hommes dans ces ateliers, enfin pas encore ;-) A ce jour, seules les dames se sont perfectionnées à l’art de la broderie. Bien amicalement,



    • Bonjour,

      Est-ce que l’atelier est toujours en activité?
      Si oui, où faut-il s’adresser pour participer?

      En vous remerciant, cordialement



    Ajouter un commentaire


    2 + = cinq