• Dictionnaire de la Franche-Comté burlesque :)

    -> Consultez la lettre A

    -> Consultez la Lettre B

    La Lettre C est à l’honneur :

    Cabe :  nom désignant une chèvre ou une vieille vache maigrie. « le Père Maréchal a mené sa cabe au bouc ».

    Cacouillard : nom utilisé, essentiellement dans le Haut-Jura, pour désigner un fromager. «J’suis allé chercher un bout de comté vers l’cacouillard de Grandvaux ».

    Cacouiller : verbe signifiant agiter un liquide. « Le p’tiot a porté l’arrosoir, l’eau a cacouillé tout le long du chemin ».

    Cafoter : verbe utilisé, essentiellement en Haute-Saône, en lieu de place de prendre le café.  « La voisine est venue cafoter ».

    Cafouiller : verbe utilisé en lieu et place de patauger. « Les p’tiots cafouillent dans la boue ».

    Cagne : nom désignant

    1. un chien bâtard ou vieux : « La cagne de la Mère Faivre a jappé toute la nuit » ;

    2. un individu paresseux : « Il n’a jamais rien fait de sa vie, c’est une cagne ce type là ! » ;

    3. un individu dans un état de faiblesse inhabituel: « Il est tout cagne depuis ce matin, il a dû attraper une maladie ».

    Château-Chalon, village typique de Franche-Comté, réputé pour son nectar : le Vin Jaune

    Château-Chalon, village typique de Franche-Comté, réputé pour son nectar : le Vin Jaune

    Calandeau : nom, essentiellement utilisé dans le Doubs, pour désigner un vieux cheval.

    Camember (Sapeur) : personnage de BD simplet de Lure, inventé par Christophe; faisant la fierté des Hauts-saônois.

    Campenotte : nom désignant une petite cloche, et par extension des fleurs à clochette(s), notamment les jonquilles  : « Ils ont ramené des campenottes du bois ».

    Camp-volant : nom désignant les nomades, et par extension les étrangers. « J’ai croisé le Camp-volant d’Asnans qu’allait au pain»

    Cancoine : nom désignant

    1. un hanneton. « Les cancoines ont tout bouffé »

    2. une commère médisante (aussi cautaine). « Guette moi don’ ces vieilles cancoines qui jactent devant l’épicerie ».

    Cancoillotte : fromage d’origine haut-saônoise, surnommé « la colle »,  obtenu à partir de méton. Nature, à l’ail, au vin blanc, ou aux morilles, ce produit emblématique de la Franche-Comté se consomme aussi bien chaud que froid.

    Cane (faire) : équivalent de faire suer. « La Mère Thomas n’arrête pas de m’appeler pour un oui un non, elle me fait cane ! ».

    Caner, aussi caber : verbe utilisé en lieu et place de

    1. mourir : « Le gel a fait caner mes bouquets » ;

    2. tuer :   « le Père Rochefort a cané une biche à la chasse » ;

    3. pâmer  : « La chaleur a fait caner plusieurs personnes ».

    Caquelon : nom désignant une casserole à fondue. « Claire don’ l’feu sous le caquelon ».

    Care en coin (de) : locution signifiant de guingois. « Après avoir bu deux canons, il est rentré chez lui en arquant de care en coin ».

    Cave d'affinage du Comté, fromage typique de Franche-Comté

    Cave d’affinage du Comté, fromage typique de Franche-Comté

    Casse  : nom désignant

    1. une casserole (aussi casset). « J’ai fait revenir mes patates à la casse » ;

    2. une bille. « Les p’tiots jouent aux casses » ;

    3. une racine ou une branche morte. « J’ai ramassé les casses du noyer du jardin ».

    Catiche : nom désignant une poupée. « La p’tiote joue avec ses catiches ».

    Catons : nom désignant des grumeaux. « Mélange bien ta pâte pour ne pas faire de catons ».

    Catrouiller : verbe signifiant « marcher avec peine ». « En vieillissant on catrouille de plus en plus ».

    Causer : verbe utiliser en lieu et place de

    1. parler : « J’ai causé au Père Maréchal, sur le banc » ;

    2. être en bon/mauvais terme :  « On se cause bien/plus avec les voisins » ;

    3. courtiser : « Il cause avec la P’tiote de la Grange du Pont ».

    Châlain (lac de) : belle base nautique très réputée … dans son canton.

    Chalet : habitations des montagnards comtois et point buvette et morbiflette des pistes de ski !

    Champagnole : abrégé en Champa’. Ville jurassienne de bûcherons, de fondeurs et de fromagers « chympas » , et point de départ de la mythique Route des Sapins, longue de 42 km, destinée à perdre les touristes trop envahissants dans les bois.

    Champdivers : village jurassien, réputé pour ses chœurs de Noël

    Chantes : village haut-saônois, où les coqs s’en donnent à cœur joie

    Chaquer (se) : verbe utilisé, notamment en Haute-Saône »,  en lieu et place de « se brûler » . « Je me suis chaqué en faisant frire des beugnets ».

    Chat (tuer le) : locution employée pour désigner la décoration, avec un bouquet (on utilise heureusement plus de chat), de la dernière charrette (dans les coins délaissés par Peugeot) d’un cortège.

    Château-Châlon : très beau village vini-viticole jurassien, capitale du Vin Jaune, ayant donné son nom à une AOC,  et non une série télévisée avec Chantal Nobel !

    Chaussin : bourg de la Bresse jurassienne, réputé pour ses gaudes, sorte de bouillie à base de farine de maïs et de lait dont raffolent les paysans du coin.

    Ch’ni : nom désignant une  poussière. « J’ai un ch’ni dans l’œil », « Passe-moi la pelle à ch’ni ».

    Chez : préposition utilisée pour désigner une maisonnée ou un bien appartenant à cette dernière. «A la table du fond, il y avait chez Dufour, chez Rochefort, chez Faivre et puis chez nous ». « Avec l’orage, le toit de chez Maréchal s’est envolé ».

    Chie-en-nid : nom désignant le dernier né d’une fratrie.

    Chien bête : nom désignant un enfant sot. « Guette don’ ce chien bête avec sa passoire sur la tête ! »

    Chouiner : verbe français préféré à pleurer. « Arrête de chouiner pour rien ».

    Choux : mignon village du Haut-Jura, où naissent les garçons du département.

    Clairer : verbe utilisé en lieu et place de
    1. allumer :  « Claire la lampe, j’y vois rien » ;

    2. éclairer :  « L’ampoule doit être grillée, ça ne claire plus » ;

    3. brûler : « Le bois sec qu’il a mis dans la ch’minée claire bien » ;

    4. briller : « Quand il déballait ses cadeaux, ses yeux clairaient ».

    Coisir (se) :  verbe utilisé en lieu et place de se taire. « Mais Coiste-te don’ la cagne !».

    Comté : fromage à pâte cuite et dure, emblématique de la région, que les Parisiens confondent volontiers avec le gruyère français. Il est vendu doux (4 à 8 mois d’affinage), aux chochottes, fruité (8 à 14 mois), aux téméraires, vieux (plus de 14 mois), aux suicidaires, plein, aux Comtois, et troué, aux Parisiens.

    Compter : verbe utilisé en lieu et place de être sûr que : « Tu peux compter que j’ai attrapé la mort d’être resté dehors ».

    Connaissance (avoir de la) : locution utilisée pour désigner l’éveil intellectuel d’un enfant. « La p’tiote voisine a déjà bien d’la connaissance pour son âge ».

    Conter : verbe utilisé en lieu et place de décrire, raconter : « La Mère Faivre m’a conté sa vie une d’mie-heure de temps, à la boulangerie, c’matin ».

    Contrarier (se) : Verbe utilisé en lieu et place de se disputer, se chamailler. «Tant que les p’tiots ne s’contrarient pas, ça va ».

    Cornet : nom (répandu dans tout l’Est de la France) désignant un sachet.

    Couailler : verbe utilisé en lieu et place de crier, geindre : « Ecoute les p’tiots couailler dans la cour d’récré !».

    Coups de temps : locution utilisée en lieu et place de « dans ces moments là, dans ces circonstances ». « On ne sait pas trop quoi faire dans ces coups de temps là ».

    Crà : nom désignant une corneille. « Guette moi don’ tous les cràs qu’y a dans le champ ».

    Cramaillot : nom désignant un pissenlit. « J’ai arraché les cramaillots qu’y avait dans le jardin ».

    Crôler aussi Grôler : verbe signifiant secouer les branches d’un arbre fruitier. « On a crôlé les prunes tout le tantôt ».

    Cru : adjectif utilisé en cas de froid humide. « Mets ton paletot, il fait cru dehors, tu vas attraper la mort ! ».

    Cul-jaune : nom désignant un frelon. « Guette don’ le cul-jaune qui se promène sous les tuiles ».

    Cult : village haut-saônois réputé pour ses gouffres émissifs, élégamment surnommés …  « trous de cult »

    Cuve : village haut-saônois, haut-lieu de l’alcoolisme comtois.


    12 commentaires sur “Dictionnaire de la Franche-Comté burlesque :)


    • super cette franche comté



    • super franche comté



    • Coucou le Julien !
      Tu as bien conté le patois comtois le chie-en-nid… Bravo ! bonne idée j’attends la lettre D. ;-) bisous d’une fan !



    • Coucou la Françouaise ! je fais de mon mieux tout en mamusant ;) merci pour ce com. Bises.



    • Très sympa comme dico ! J’en connaissais pas mal mine de rien, mais y en a juste un qui m’a choquée, pour moi un beuyot c’est un débile c’est pas un juda ;)
      Mais la jeune Franc-Comtoise que je suis ne connait pas tout…



    • excellent je me délecte et certains souvenirs me reviennent !!! je suis fan …


        • Julien

        • 17 février 2014 à 17 h 16 min
        • Répondre

        Merci Mel et Nicole pour vos gentils coms !



    • Conduite : la conduite des automobilistes comtois est sujet à controverse, chaque département tirant la couverture de son côté. Il n’est ainsi pas rare d’entendre : « ah encore un 39 qu’avance pas », « Guette le 70 à toute bringue » ou « ils ne savent pas doubler dans le 25, ils sautent dans le fossé ! »

      Coulée verte : Piste cyclable coincée entre le Canal et l’autoroute, reliant Belfort et Montbé. Véritable promenade de santé pour les usagers qui ne peuvent se croiser sans que l’un tombe dans le Canal.

      Court : suffixe généralement accolé au nom de village pour qu’il soit moins court Héricourt, Beaucourt, Audincourt, Bousseraucourt, Buffignécourt, Suaucourt et Pisse loup…


      • Julien

      • 17 février 2014 à 17 h 16 min
      • Répondre

      Dans un registre moins catholique il y a « Ch’nailler » signifiant faire l’amour.



    • Waouuu j’adore, moi je suis alsacien, et ce dico me rappelle des souvenirs de mes (trop courts et trop rares) passages en Franche Comté. J’aimerais voir ma tête la première fois ou un commerçant ma proposé un « cornet » ^^
      Pour la cancoillotte, je connaissais déjà le vocabulaire associé grâce à la chanson du même nom de Thiéfaine: « mon gars tu prends le méton que tu verses dans le caquelon… ».
      Bref je suis impatient de découvrir la suite de ce dictionnaire et j’espère retourner bientôt dans votre belle région.
      Bonne continuation.


      • Julien

      • 19 février 2014 à 13 h 01 min
      • Répondre

      Bonjour Fred, merci pour votre gentil comm et vos encouragements. C’est avec plaisir que nous vous accueillerons de nouveau dans la notre. Vous avez vous aussi une bien belle région a préserver. Cdlt, Julien.


      • martinedevesoul

      • 19 février 2015 à 23 h 15 min
      • Répondre

      Salut les comtois
      mes oncles se faisaient des tartines de calandos trempés dans le café aux quatreheures…



    Ajouter un commentaire


    + 2 = huit