• Visite de Besançon : côté cours

    Besançon recèle de petites perles urbaines… Si vous osez pousser les portes, vous découvrirez ainsi les cours intérieures et les escaliers bisontins, si typiques de la capitale comtoise. Voici quelques ruelles à ne pas manquer lors de votre visite du centre-ville de Besançon…

     

    # Vous rendre à Besançon


    Agrandir le plan

    # Côté cours
    Besançon est une ville de pierre, de cette pierre de Chailluz (vaste forêt située à quelques kilomètres de la capitale) beige et bleue aux reflets changeants qui créent des atmosphères délicates et variées selon le temps ou l’heure du jour. C’est cette pierre qui donne une unité rare à la cité et peut-être aussi une austérité apparente aux façades.

    Pierres bleues de Chailluz, ici façade rue Pasteur

    Pierres bleues de Chailluz, ici façade rue Pasteur

    Dans la Boucle (métaphore utilisée pour qualifier à juste titre l’enserrement du centre-ville par les méandres du Doubs), se dressent de belles demeures et hôtels particuliers dotés de cours intimes et d’escaliers extérieurs. En effet, pour laisser plus de place aux appartements, les architectes reportent dans les cours, les escaliers qui desservent souvent 2 immeubles. Ainsi, se crée une tradition d’escaliers qui sont souvent des œuvres d’art. Plus de 200 d’entre eux symbolisent incontestablement l’urbanisme de Besançon.

    Escaliers de Besançon

    Splendide escalier situé dans la rue Renan

     

    Cour intérieure, escaliers bisontins de Besancon. Ici rue des martelots

    Cour intérieure, escaliers bisontins de Besancon. Ici rue des martelots

    Cour intérieure, escaliers de Besancon

    Généralement, l’escalier de pierre est orné de ferronnerie mais on trouve également des immeubles où le bois s’impose. Le jeu des balustres varie notablement d’une cour à l’autre et constitue ainsi une attraction esthétique pour qui réussit à franchir les porches parfois clos. Amusez-vous donc à ouvrir les portes, osé franchir les cours, aimé vous perdre dans les ruelles…

    Escaliers bisontins, situés rue de la préfecture

    Escaliers bisontins, situés rue de la préfecture

    Escaliers bisontins, situés rue de la préfecture

    Escaliers bisontins, situés rue de la préfecture

    C’est la meilleure façon que de s’imprégner de l’ambiance et de l’histoire d’une ville. Pour vous aider, voici quelques-unes qui valent le détour :

    - La Cour du Palais Granvelle (Place Granvelle)
    Nicolas PERRENOT de Granvelle, chancelier de Charles QUINT, fait ériger de 1534 à 1540 le palais qui porte son nom et introduit ainsi dans Besançon l’art de la Renaissance. Vous, férus d’architecture, arrêtez-vous quelques instants sur les tuiles vernissées, les fenêtres à meneaux surmontées de petits frontons triangulaires, jouez à cache-cache avec les arcades en anse de panier et colonnes toscanes. Le palais abrite le Musée du Temps, rappelant que l’horlogerie était une activité importante de la capitale franc-comtoise jusqu’en 1920. Grâce à une muséographie moderne et interactive, le visiteur remonte dans le temps : du pendule à l’invention électronique, de très belles pièces illustrent avec brio cette activité symbolique de la Franche-Comté.

    Palais Granvelle de Besançon

    cour-du-palais-granvelle-besancon

    - La Cour du Temple du Saint-Esprit (rue Goudimel)
    La plus jolie et la plus secrète des cours bisontines, qui cache un trésor unique en son genre : une galerie de bois sculpté à mi-chemin entre le Moyen-Age et la Renaissance.

    - La Cour de l’Hôtel Champagney (rue Battant)
    Fleuron du quartier Battant, cet Hôtel a été construit au 16ème siècle pour la veuve de Nicolas de GRANVELLE. Vous serez très sensible une fois de plus à la beauté des galeries. Le passage permet de rejoindre le Fort Griffon d’où l’on a une belle vue sur les toits bisontins.

    Cour Champagney, rue Battant

    Cour Champagney, rue Battant

    # Côté jardins
    Besançon est une ville de pierre…. Où les portes s’ouvrent sur le vert, le blanc, l’ocre, en fonction des saisons. Qui pourrait imaginer qu’à l’arrière des cours ou des enclos fermés par de jolies grilles, se cachent des espaces émeraude, fleuris. En effet, les beaux hôtels du 18ème siècle sont construits autour de véritables écrins de nature où rien ne manque. Les ombrages des vieux arbres portent l’habitant à la campagne, le visiteur demeure enivré par cette liberté incongrue, aperçoit des buis taillés au pied d’une rocaille, des fruitiers fièrement alignés, et entend piailler les oiseaux. Ce sont des joyaux de jardinets où le chapeau de paille s’impose pour une longue sieste en pleine ville…. Vous avez dit en ville ? Pour vous envelopper de cette ambiance naturelle et favoriser ainsi un retour aux sources, je vous invite vivement à vous rendre à la promenade Granvelle, ancien jardin du Palais, qui offre des ombrages aux flâneurs et de paisibles instants à proximité de la statue de Victor HUGO.

    Victor Hugo : statue située à la promenade Granvelle

    Victor Hugo : statue située à la promenade Granvelle

    # Informations pratiques
    L’Office de Tourisme de Besançon organise des visites guidées sur les cours intérieures. Voici leurs coordonnées :

    BESANÇON TOURISME ET CONGRÈS
    BP 297 – 25016 BESANÇON CEDEX
    Tél : 03 81 80 92 55
    Fax : 03 81 80 58 30
    E-mail : info@besancon-tourisme.com
    -> Consultez leur site Internet


    6 commentaires sur “Visite de Besançon : côté cours


    • Coucou Sandrine. Merci pour cette invitation à découvrir les joyaux secrètement gardés derrière les hautes portes des hôtels particuliers bisontins.
      Besançon est l’une des villes de France où l’on peut en voir le plus, et c’est tant mieux pour nous. Amicalement. J.C.


      • DUSTOUR Jean

      • 4 septembre 2014 à 12 h 40 min
      • Répondre

      Bonjour,
      Exposé très intéressant, j’ai eu plaisir à redécouvrir une partie de ma ville dont je suis éloigné. Cependant, concernant Granvelle,, j’aurais préféré lire Charles QUINT plutôt que Charles QUIN… et je crois que cette « coquille » mérite d’être corrigée. Bonne continuation et bravo..


        • Milana

        • 4 septembre 2014 à 13 h 10 min
        • Répondre

        Bonjour Jean et merci pour votre message. Coquille ???? Vous avez dit coquille Jean ???? Cette coquille n’est plus qu’un mauvais souvenir puisque je viens de la corriger ;) . Belle journée ensoleillée à vous et au plaisir de vous lire sur d’autres articles du blog des Fans de Franche-Comté :) .


      • Philippe

      • 4 septembre 2014 à 14 h 35 min
      • Répondre

      Bonjour,
      Quel bonheur pour un exilé de découvrir ces images venant rafraîchir des souvenirs vieux de plus de trente ans ! Une image de la galerie de la cour du temple du Saint Esprit serait la bienvenue. Il doit bien m’en rester une vieille de 40 ans dans mes archives, mais une image fraîche serait sans doute plus intéressante quune vieille diapo scannée !
      Bravo et merci


        • Milana

        • 4 septembre 2014 à 14 h 53 min
        • Répondre

        Bonjour Philippe et merci pour votre témoignage :) . La petite histoire autour du manque de visuel de la cour du Temple est que cette dernière, à l’instar de celle du Palais Granvelle, est très compliquée à photographier où en tout cas, j’ai bien du mal à trouver LE bon moment : soit un soleil omniprésent, surexposant ainsi le lieu, soit trop d’ombres, appauvrissant la cour. Je repasse ce soir, et vous tiens informée ;) . Belle fin de journée à vous et au plaisir de vous lire sur notre blog des Fans de la Franche-Comté :) .



    • De très belles photos qui résument parfaitement Besançon : de belles pierres et une belle artchitecture ainsi que de beaux monuments, bref un article intéressant qui nous fait découvrir cette ville d’histoire et ses trésors à voir ! Besançon est vraiment une ville avec une âme où il se passe quelque chose, c’est gravé dans la pierre et ses murs ! Les amoureux d’histoire me comprendront certainement !



    Ajouter un commentaire


    3 × trois =